papaC’est la ritournelle que l’on pourrait chanter à Benoît XVI, à son retour du Brasil ! « Coitadinho ! » (comme disent les brésiliens, ce qui veut dire « le pauvre !»). On se demande si, en ce qui le concerne, la sénilité ne commence pas à faire son œuvre ... Quand je pense qu’il a fait tout ce voyage, fatigant pour un homme de son âge, pour dire aux Brésiliens, déjà accablés par un certain nombre de  problèmes graves (pauvreté, violence, inégalités grandissantes entre pauvres et riches, déforestation, SIDA, stigmatisation des communautés noires et indigènes etc…) que  « la vie conjugale par disposition divine, est réservée aux couples mariés, (la vie conjugale) sera une source de bonheur et de paix seulement dans la mesure où vous saurez faire de la chasteté, à l’intérieur comme hors du mariage, un bastion de vos espérances futures »… « Le mariage requiert  un esprit de sacrifice et de renoncement au profit d’un bien plus grand qui est l’amour de Dieu » menacé de « dangers insidieux qui poussent à une vie dissolue ».
Le Pape a parlé de solidarité humaine ( ce qui est louable), mais surtout d’abstinence, forcément, c’est plus facile de parler de ce qu’on connaît que de ce qu’on ne connaît pas ; mais est-ce un discours que les jeunes brésiliens peuvent entendre ? N’aurait-il pas été plus judicieux de parler de l’utilisation nécessaire du préservatif quand on sait que toutes les 20 minutes, une adolescente de 10 à 14 ans accouche et que le Brésil est le pays d’Amérique du Sud le plus affecté par le SIDA  ? Eh oui, Sheila, elle, l’avait compris dès 1963 « t’es plus dans le coup  papa , t’es plus dans le coup, « papa » !