Libération relatait hier que Madame MAM soulignait  que « le tout béton favorise l’agressivité. Il faut que les détenus voient des arbres »
Effectivement, il me semble que cette idée doit suivre son chemin. Pourquoi ne pas mettre une plante dans chaque cellule afin que les détenus puissent voir du vert de près ? Cela aurait aussi l’avantage de rendre chaque détenu responsable d’une « vie » végétale, et le coût serait somme toute modéré pour le ministère de la justice en ces temps de restriction budgétaire.
Je pense que je vais envoyer une lettre à Madame MAM. Je suis sûre que l’on pourrait ainsi faire baisser le taux de suicide en prison…

PS : Statistiques pénitentiaires qui peuvent intéresser les lecteurs éventuels - Source : Revue électronique de Pierre-Victor Tournier «Arpenter le Champ Pénal (ACP)»

Au 1er janvier 2010, le nombre de personnes sous écrou est de 66 089 (France entière) : 15 395 prévenus détenus,
45 583 condamnés détenus (soit 60 978 personnes détenues), 4 489 condamnés placés sous surveillance électronique et
622 condamnés en placement à l’extérieur, sans hébergement pénitentiaire.
Le taux de prévenus parmi les personnes sous écrou est de 23 %.
14 % des condamnés sous écrou font l’objet d’un aménagement de peine (semi-liberté, placement sous surveillance électronique, placement à l’extérieur avec ou sans hébergement pénitentiaire).

Surpopulation

Au cours des 12 derniers mois, le nombre de places opérationnelles en détention est passé de 51 997 à 54 988 (+ 2 991, taux d’accroissement annuel de 5,8 %). Le nombre de détenus en surnombre est de 9 653. Il est en baisse (3 016 de moins en douze mois, taux d’accroissement annuel de - 24 %). On retrouve le niveau de janvier 2007. Cet indice mesure l’état de surpopulation en tenant compte de la situation de chaque établissement, de chaque quartier pour les centres pénitentiaires.