Pauvre Chili, il n’allait déjà pas très bien, les différences sociales y étaient très marquées, mais il ira encore plus mal. « Sur 22 ministres, 7 sont des entrepreneurs locaux » nous apprend Libération. Il faut dire que le Président, M. Piñera, est lui-même l’homme d’affaires le plus riche du Chili. La chose publique et la chose privée se mélangent donc allègrement, au profit de qui, pensez-vous ?

PS : lire l’article de Patrick Mignard « Elections chiliennes : la démonstration »