Amusant, de lire cet article du Nouvel Observateur du 8 juin qui, à cette date-là, ne laisse pas encore soupçonner qu'il puisse y avoir un  problème Woerth. Le ministre revêt encore le masque de l'homme intègre responsable de la réforme des retraites. On y apprend que M. Woerth a été louveteau, puis scout, qu'il va "régulièrement à la messe à Chantilly comme à Chamonix", qu'il est apprécié pour sa "discrétion", que c' "est une tombe" et "qu'il n'a jamais considéré qu'il pourrait y avoir incompatibilité entre ses fonctions de trésorier du parti et celles de ministre"...

Un mois plus tard, patatras, l'édifice s'écroule. Nous sommes loin du scout toujous prêt, mais par contre assez proche de la "tombe" qu'il  se creuse lui-même, cet ex-saint homme qui a oublié que l'argent, à force de s'y vautrer, pouvait salir...