Depuis la vague de suicide au travail qu’avaient connu des entreprises telles que France télécom, Renault,  sans parler de la justice et de l’éducation nationale, une nouvelle mesure venait d’être prise au gouvernement : encourager – voire obliger -  les employés à faire la sieste chaque jour de 13 h 30 heures à 14 h 30. Des salles de sieste étaient prévues à cet effet sur presque tous les lieux de travail. Seul problème : l’heure de sieste était déduite du temps de travail, crise oblige !