Extrait d’un article de Mathieu Lindon, lu dans le journal Libération du 14 et 15 avril :


« En redoutant que l’éventuelle élection de François Hollande déclenche la colère des marchés financiers, la droite invente un étrange moyen de lutter contre leur dictature. Elle conseille de voter pour ce qu’ils désirent, ainsi ce ne sera plus la dictature mais la démocratie des marchés. Il y a au moins un candidat dont elle n’a rien à craindre. »


PS 1 : M. Sarkozy aurait dû penser à ce proverbe lors de son meeting du Trocadéro : " Qui trop embrasse, mal étreint ". Ce "fin lettré" a cité Victor Hugo – il doit se retourner dans sa tombe, Victor, d’entendre quelqu’un aussi peu respectueux de la « chose publique »  le citer – et Aimé Césaire qui, pourtant, en 2005, avait refusé de rencontrer Nicolas Sarkozy lors d'un voyage prévu, puis annulé, aux Antilles.

PS 2 : Sur le blog "rêver de nouveau" : Les 10 bonnes raisons d'élire Jean-Luc Mélenchon auxquelles vous n'auriez pas pensé !