Regardez ces petites vidéos concoctées par les "communiquants" du ministère de l'Education Nationale. Ne sont-elles pas convainquantes ? Ne signeriez-vous pas toute suite ? N'hésitez pas, on manque de profs en maths, en français, en anglais...
Des échanges gratifiants, des élèves qui ont des étoiles dans les yeux et qui ne voient pas le temps passer avec vous, des cours qui se co-construisent, ça ne vous tente pas ?
Moi aussi,  les élèves viennent me voir à la fin des cours, mais c'est pour  chercher les petits mots distribués sur les carnets de correspondance afin que leurs parents soient tenus au courant de leur comportement en classe.
Et puis avec moi, hélas,   le temps  passe lentement, ils regardent les minutes s'écouler sur leur portable gardé à portée de main et, cinq minutes avant la fin du cours, les affaires se rangent plus ou moins discrètement. Soudain, quand la sonnerie retentit, ils seraient bien capables de me passer sur le corps si j'avais la mauvaise idée de me mettre en travers de la porte. J'exagère un peu,  mais à peine.

Je me demande tout de même si l'Education Nationale a fait appel à des intermittents du spectacle. Tout ceci sonne tellement faux !

Allez, une petite histoire mingnonne - et vraie -  pour la route. Un professeur demande à ses élèves :

- Bon, une fois que je vous ai donné le corrigé, vous en faites quoi ?
- On l'encadre monsieur !


Je vais regarder encore une fois la vidéo de la prof d'histoire géographie, elle me fait toujours autant rire !