Extrait de "Eloge de l'amour" de Alain Badiou

"La propostion réactionnaire est toujours de défendre "nos valeurs" et de nous couler dans le moule général du capitalisme mondialisé comme seule indentité possible. La thématique de la réaction est toujours une thématique identitaire brutale sous une forme ou sous une autre. Or, quand c'est la logique d'identité qui l'emporte, par définition, l'amour est menacé. On va mettre en cause son attrait pour la différence, sa dimension associale, son côté sauvage, éventuellement violent. On va faire de la propagande pour un "amour" en toute sécurtié, en parfaite cohérence avec les autres démarches sécuritaires. Donc défendre l'amour dans ce qu'il a de trangressif et d'hétérogène à la loi est bien une tâche du moment. Dans l'amour, minimalemnet, on fait confiance à la différence au lieu de la soupçonner. Et dans la Réaction, on soupçonne toujours la différence au nom de l'identité ; c'est sa maxime philosophique générale... (...) Au culte identitaire de la répétition il faut opposer l'amour de ce qui différe, est unique, ne répète rien, est erratique et étranger.(...)"