Une lecture de l'article du Monde Diplomatique d'avril 2015 - loi Marcron, le choix du " toujours moins "  donne une idée complète du libéralisme de cette loi. Son danger  se niche dans l'affaiblissement de la démocratie sociale, la diminution des obilgations patronales, et  dans l'autoritarisme de l'Etat. Ne boudons pas, non plus, les appellations contrôlées qui en souligne les perversités : on ne dit plus "travail de nuit", mais "travail en soirée" et, cerise sur le gâteau, on ne dit plus "privatisations" mais "transfert au privé" ou "opération sur le capital des sociétés à participation publique" !