On savait déjà pour qui roulait Sarkozy quand il était au pouvoir et pourquoi la finance était restée intouchée malgré ses grandes gesticulations sur " la moralisation du capitalisme ". Mais là tout est clair : " l’ancien chef de l’État a en effet décidé de créer un fonds d’investissement et a commencé des prospections pour emmener dans l’aventure des grandes fortunes qui lui sont proches ainsi que des gigantesques institutions financières, dont des fonds souverains du Moyen-Orient et d’Asie... " nous dit Médiapart et il " projette d'implanter son fonds d'investissement à Londres ".

Adieu l' ami de " la France qui se lève tôt " et qui " travaille dur " !