Le canard enchaîné de la semaine passée nous rappelle que M. Fillon, lors de la loi sur la transparence, le 10 avril 2013, était monté au créneau au journal de 20 heures de France 2 en disant « Il n’y a pas besoin de projet de loi (…) Je récuse l’idée que les hommes politiques soient tous corrompus. ». On comprend mieux aujourd’hui ce qui avait motivé son élan d’homme probe touché jusqu’au plus profond de son cœur d’élu.

C’est amusant de constater que finalement, nombre de nos élus souhaitent la transparence pour leurs concitoyens, mais non pour eux-mêmes.

Monsieur Fillon, dont la  misogynie est indiscutable – sa femme est interdite de parole sauf devant les juges – et se rêvant en « Maître »,  est l’exemple même de cette « caste politique » qui se reproduit à l'Assemblée et au Sénat et qu’il faudrait « dégager ». Il y aurait d’ailleurs une façon très simple de le faire : un mandat et un seul pour chaque élu, et non renouvelable.

 

PS : à voir : " les neuf failles de la défense de M. Fillon " !